jeudi 22 mars 2012

Portes ouvertes de La Chapelle

Pour le retour des beaux jours, nous vous convions à venir manger, écouter, regarder, sentir, boire, participer aux différentes disciplines et activités proposées à l'occasion des Portes ouvertes de la chapelle.

Pour cette seconde édition, les six lieux participants se mobilisent pour vous offrir une programmation aussi éclectique qu'alléchante.

Au menu, de la danse, du cinéma, de la musique, des installations, du théâtre, des expos... tout au long du week end du 30-31 mars et 1er avril, nous vous invitons donc à parcourir le quartier de La Chapelle et à vous arrêter au jardin d'alice, au théatre de verre, à l'écobox, à l'arrière cour 93, au bois dormoy et au shakirail.





Plus d'infos sur l'évènement et les lieux
Toute la programmation ici

L'évènement prévu au Shakirail est un film collectif et interactif réalisé par le collectif Curry Vavart (presque) au grand complet !
Une transformation "live" du classique du cinéma d'épouvante. "La Maison du diable" (The Haunting", E.-U., 1963, 110min.) de Robert Wise, en film interactif et pour une séance unique de "cinéma dynamique" !




Et pour l'occasion, Derek Woolfenden nous a encore pondu un texte de présentation qui rend intelligent !

Cette séance est l'occasion de renouer avec une histoire « désavouée » du cinéma, celui issu du cirque, de la foire, du parc d’attractions, du train fantôme et de la maison hantée, du théâtre grand guignol au cabaret, mais surtout de ses véritables origines (celles liées au contexte social des premières projections publiques).
C'est également l'opportunité de "mettre en abîme" notre démarche critique et artistique vis-à-vis de l'establishment culturel : "habiter" (hanter ?) littéralement le film à l’image des lieux qu’on récupère et investit de manière temporaire pour exprimer nos pluridisciplinarités artistiques. La
Maison du diable est contemporain des préoccupations critiques des Situationnistes français (héritiers du Lettrisme) et celles commerciales américaines de Wiliam Castle qui visaient à affranchir les films de leur cadre en attentant directement au confort "sacré" du spectateur dans une salle de cinéma.

"Il y a quelque chose de bénéfique dans ce genre de spectacle, qui purge le bon sens béat du cartésien, et déchaîne nos ogres et nos succubes préférés. On y
retrouve sans mal les plus nobles perversions du romantisme anglais et allemand. (...).
Dans cette maison hantée que visitent deux médiums et un parapsychologue éminent, rien sans doute n'existe, que les fantômes de notre subconscient. Mais si la peur est transférable, si elle s'agglutine autour du moindre noyau d'ombre et de refoulement, elle peut assumer les proportions d'un cataclysme hurlant, d'une régression vers l'inhumain." (Robert Benayoun)

Enfin, c'est le prolongement d'une réussite majeure de l'histoire du cinéma de terreur réalisée par l'un des plus grands "artisans" d'Hollywood, sous-estimé, avec ses compères Richard Fleischer et Mark Robson, par la politique - abusive - des auteurs. Pourtant, ils ont travaillé durant l'âge d'or de la RKO (années 30 et 40). Et Wise, monteur hors pair à ses débuts, a participé aux films d'Orlon Welles (Citizen Kane, La Spendeur des Amberson), mais surtout aux grands films de terreur suggestive des productions de Val Lewton (La Malédiction des Hommes-Chat, Le Récupérateur de Cadavres), avant de réaliser quelques chefs d'œuvre en tous genres : Né pour tuer, Ciel Rouge, Nous avons gagné ce soir (film de boxe en temps réel !), Le Jour où la Terre s'arrêta, Marqué par la haine, Je veux vivre !, Le Coup de l'escalier, La Canonnière du Yang-Tse ou encore Le Mystère Andromède. De plus connu, on lui doit West Side Story et La Mélodie du bonheur.


 

mercredi 21 mars 2012

RESTONS CALMES !

Samedi 31 mars de 17h à 1h du mat le chat qui rouille est heureux de vous accueillir pour la première édition de son nouvel événement mensuel intitulé 
"Restons Calmes"
Il s'agit de réunir le temps d'une soirée ceux qui trouvent que les bals qui finissent à 22 heures se finissent toujours trop tôt, et ceux qui aimeraient apprendre des choses sur la fin du monde et ses causes sans pour autant avoir le courage de s'y coller parce que c'est trop triste.
Si vous faites partie d'une de ces deux catégories, ou des deux, ou que vous êtes simplement curieux venez nous rejoindre pour cette première édition de la fusion parfaite entre une session de l'université populaire et un bal des pompiers.

Au programme :
Film et débat autour de la notion cruciale de : Qu'est ce qu'on mange ? puis bonne bouffe suivie d'une fête où l'on danse.




Cet évenement ne fait pas partie de la programmation des Portes Ouvertes de la Chapelle

lundi 19 mars 2012

Le Shakirail est heureux d'accueillir The Red Rabbit Theatre pour La gnôle de tante Christine est imbuvable, samedi 24 mars à 20h.

Après trois semaines de résidence à la Cartoucherie de Vincennes, et un saut au Kibélé, on déballe le spectacle au Shakirail avec Le Biphasé (cirque) en première partie
Au plaisir de vous y retrouver !


The Red Rabbit Theatre présente
  "La gnôle de tante Christine est imbuvable"
Théâtre bouffon
---
En première partie 
Le Biphasé avec "Zirbut" 
Cirque nouveau

---
au Shakirail, Paris 18e
72 rue Riquet, métro Marx Dormoy, La Chapelle ou Stalingrad (l.12, 2, 5 et 7)
Samedi 24 mars 2012 à 20h


Images intégrées 2    Images intégrées 5


"La gnôle de tante Christine est imbuvable" est l'histoire de deux femmes qui rêvent chacune de tomber enceinte. L'une est stérile et l'autre est vierge. Marie est mariée à Joseph qui semble un peu trop passionné de charpenterie. Elisabeth qui est une femme plus mature et libérée sexuellement, tente désespérément d'avoir un enfant avec Zacharie. Un poil de féministe et un brin de blasphème ajoutent les épices nécessaires aux bavardages. 

Ce texte atemporel parle au plus grand nombre.
Avec une truculence cinglante, cette comédie sarcastique vous emportera aux tréfonds des cieux.

Texte : Philippe Gaulier
Interprétation : Jayne Walling et Julie Maingonnat
Mise en scène : Balthazar Gaulier
Remerciements : Théâtre de l'épée de bois Cartoucherie de Vincennes et l'Association Curry Vavart de Paris
Durée du spectacle (extraits choisis de la pièce) : 1h. Tout public à partir de 10 ans.

---

Nous avons le plaisir d'inviter en première partie du spectacle :
"Zirbut"

Images intégrées 1

Univers absurde et étrange mettant en scène deux égarés dans une ambiance de bal lointain, déserté.
Les massues, dans une utilisation détournée, servent la rencontre des personnages. Elles permettent un engagement du corps dans le jonglage, l’acrobatie et la danse. Leur maniement devient fonctionnel, un intermédiaire logique et idéal entre les deux personnages. Points d’appuis, glissades, trajectoires et manipulations font vivre les massues au sein du duo.
Interprètes :
Cécile Fradet et Charles Rousseau

La fin de soirée sera dansante et arrosée.

Au plaisir,
The Red Rabbit Theatre company

Prix libre - Réservations : 06 23 52 79 73
 
Images intégrées 2

samedi 17 mars 2012

Bilan d'activité 2011

L'Association Curry Vavart est heureuse de vous présenter un aperçu de son bilan d'activité 2011 
 
bilan_2011.jpg

L’année 2011 pour l'Association Curry Vavart c’est :
2000 m² d’ateliers de travail artistique et associatif partagés temporaires, partagés entre 2 sites conventionnés : 
  • le Shakirail au 72 rue Riquet, Paris 18e -1400m²- depuis février 2011
  • le Meubles au 74 rue des Maraîchers, Paris 20e- 600m²- depuis septembre 2011
Ces deux sites ont été complètement aménagés et équipés par l'Association, ils comportent :
  • 3 salles de répétition théâtre/danse
  • 4 zones d'ateliers polyvalents partagés 
  • des ateliers partagés - bois, métal, plâtre, couture, électronique, informatique, modelage, vélos 
  • 3 zones de bureaux associatifs
  • 1 salle de musique complètement équipée
  • 2 espaces de résidences artistiques 
  • 2 cuisines communes
  • 1 garage associatif, 
  • plusieurs stock - bois, décors, matériel musique, lumières, son, 
  • 1 jardin partagé et son composte
L'Association Curry Vavart compte en 2011 :
  • 60 bénévoles,
  • un total de 5500 adhérents
  • 45 plasticiens accueillis dans les ateliers partagés,
  • 33 compagnies de théâtre et de danse accueillies dans les salles de répétitions,
  • 13 groupes de musique accueillis dans la salle de musique
  • 4 associations accueillies au sein des différents espaces de travail partagés
  • un total de 95 projets artistiques différents accueillis dans ses locaux et plusieurs centaines d’artistes participant à ces projets, accueillis dans les espaces de travail partagés
  • 6 événements artistiques et associatifs organisés en partenariat avec des associations et institutions locales
  • 8 événements artistiques, concerts, projections de films, expositions, spectacles
L'intégralité de ce bilan est consultable au bureau de l'Association

dimanche 11 mars 2012

Le petit bal (Le balai)

Le Petit Bal (le balai)
vendredi 16 mars
à partir de 19h

Les beaux jours reviennent en force, et le soleil aveuglant qui règne en permanence à l’extérieur ne laisse d'autre alternative que de se réunir dans une salle obscure pour par exemple GUINCHER UN PEU...
Du coup, l'association Curry Vavart en tandem avec Social Swing Système vous invite le vendredi 16 mars à venir étrenner son nouveau parquet de bal pour une Swing Party Diabolique.

Avec un concert exceptionnel de HOT TRICKS SWING PROJECT : http://www.myspace.com/leshottricks  swing manouche dansant et dansable (ça tombe bien c'est l'idée) suivi d'un dj set...

Le tout sera précédé d'une initiation au Lindy-Hop donnée par la crème de la rive gauche (Social Swing Système)

Entrée en prix libre

Vernissage du CP5 le 15 mars


Jeudi 15 mars à 19h, Curry Vavart vous présente Le CP5, un espace d’expositions artistique éphémère, installé dans le hall d’entrée d’un ancien vestiaire SNCF, complètement habillé de contreplaqué 5mm vernis pour ce projet.



Il y a encore deux ans, ce bâtiment des années 20, situé dans le 18e arrondissement de Paris, accueillait les derniers ouvriers du site SNCF Pajol, actuellement en réaménagement. Le hall d’entrée est une place de choix : seul et unique accès aux vestiaires, douches et réfectoire, utilisés par plusieurs centaines de cheminots chaque jour, des vitrines destinées à l’affichage syndical occupaient ses murs.
Aujourd’hui, le bâtiment désaffecté a été investi par le collectif d’artistes Curry Vavart en convention avec la SNCF. Des ateliers et bureaux partagés, une salle de répétitions, installés temporairement jusqu’à réhabilitation du bâtiment, reçoivent les artistes et associations membres du collectif.
Investies à plusieurs reprises par les artistes pour présenter leur travail, c’est de ces vitrines qu’est parti le projet du CP5 afin de doter le bâtiment d’un espace d’exposition optimisé.

La première exposition du CP5 intitulée « A l’ouvrage » est consacrée à la rencontre, plus fréquente que l’on croit, entre le monde artistique et le monde du travail, écho aux vies personnelles des plasticiens du collectif qui, peu nombreux à vivre de leur art, sont plusieurs à avoir trouver un compromis bien utile avec le monde du travail non artistique. Opposition ancestrale, au XVIIIe siècle, les beaux arts cherchent à se distinguer de la technique et de l’artisanat ; mais, bien plus tard, la critique produite par les artistes dans les années 70 à l’encontre du monde de l’entreprise, jugé alors peu créatif, poussera le monde du travail à faire de l’imagination et de la créativité des qualités indispensables du salarié, inaugurant ainsi l’ère du management moderne.

Au fond, n’oublions pas que pour mener à terme ce projet d’espaces d’exposition temporaire et pouvoir y exposer leurs oeuvres, les plasticiens ont dû nettoyer, mesurer, découper à la scie sauteuse, poncer, visser, vernir et peindre durant plusieurs jours, dans cet ancien couloir de travailleurs !
(Vincent Prieur, plasticien.)