samedi 23 juin 2012

Vernissage CP5 "Au vert"

Le CP5 a le plaisir de vous inviter au vernissage de la dernière exposition de la saison, qui durera tout l'été :
Au Vert !

Une expo collective avec :
Antoine Alliot, Romain Cattenoz, Deborah Herco, Eléonore Josso, Jo Land, Thomas Lanfranchi et Agnès Aubague, Stéphane Lecomte, Julien Longbray, Cyrille Maillot, Julien des Monstiers, Bruno Persat, Sebastien Petit, Vincent Prieur, Cannelle Tanc et Fred, Pierre Tectin et invité(e)s...

Vernissage jeudi 28 juin à 19h  
Visible du 29 juin au 04 septembre sur RDV (cp5@curry-vavart.com) et ouvert lors de la plupart des évènements au Shakirail.


vendredi 22 juin 2012

Restons Calmes #4

Samedi 30 juin à partir de 17h, c'est Restons Calmes
épisode 4,
selon la formule désormais éprouvée Film - Débat - Banquet - Bal.

-Il s'agit de réunir le temps d'une soirée ceux qui trouvent que les bals qui finissent à 22 heures se finissent toujours trop tôt, et ceux qui aimeraient apprendre des choses sur la fin du monde et ses causes sans pour autant avoir le courage de s'y coller parce que c'est trop triste. Si vous faites partie d'une de ces deux catégories, ou des deux, ou que vous êtes simplement curieux venez nous rejoindre pour la fusion parfaite entre une session de l'université populaire et un bal des pompiers !-

Résumé des épisodes précédents : Après "Qu'est ce qu'on mange ?" , "qu'est ce qu'on mange encore ?" et "qu'est ce qu'on ne mange plus ?", ce samedi on tachera de se demander ensemble "Comment faire ?"
 
Attention : ouverture des portes entre 17h et 18h30, après c'est fermé : venez à l'heure - Participation libre.

mercredi 13 juin 2012

La débordante compagnie : DISPERSION

DERNIERE MINUTE !

La Débordante Compagnie envahit la place de la rotonde de Stalingrad ce jeudi 14 juin à 18h pour DISPERSION !
Ce sera une représentation sauvage sur une place où s'affrontent deux populations : les clients de l'immense bar branché et les vieux piliers du lieu ...


mardi 12 juin 2012

L'hiver s'empara de SEN et il ne connut point le printemps...
Mais le 17 juin, soir de la victoire des Tortues aux Législaves,
SEN revient avec une programmation toujours aussi rêveuse...


Après le cauchemar expressionniste d'un glacial dimanche de février (Krysar), nous avons choisi de vous montrer les réalités inversées, sensuelles, et angoissées, d'une femme et d'un homme, au sein de tableaux qui s'étalent comme ceux de nos rêves tout en préservant l'utilité de leur mystère.


La Clepsydre (1976), de J.W. Has, et Meshes of the Afternoon (1943) de Maya Deren, sont deux de ces films qui, en s'affranchissant des codes dictés par les limites de notre conscient, posèrent les jalons d'un cinéma total : l'âme slave explore pour nous les profondeurs de l'inconscient humain, ce vertigineux foutoir à refoulement, où dérivent et s'entrechoquent les symboles du profane et du sacré auxquels nous sommes attelés dans la réalité diurne : le fonctionnement propre au rêve devient la matrice du récit.

Chère spectatrice, cher spectateur, vous vous régalerez devant l'inventivité et l'ingéniosité de ces deux maîtres artificiers des outils cinématographiques.

plus d'infos sur les films : http://sencineclub.blogspot.com/
facebook : https://www.facebook.com/events/230364867067007/

LE 17 JUIN - 20H - PRIX LIBRE

lundi 11 juin 2012

Fête de la musique au Shakirail

Le jour le plus long de l’année 2012 se profile... nous vous invitons à venir le fêter au Shakirail, sur fond de musique résolument rock'n'roll ! Pour le solstice d’été, il y aura 4 groupes sur la scène extérieure, précédés par des petites formes musicales variées interprétées par des membres du collectif Curry Vavart.

LE 21 JUIN - 19H - PRIX LIBRE ... Avec barbecue et buvette sur place !

INSULT REASON - À chaque show, Insult Reason fait vibrer le dance floor de son cocktail musical détonnant au croisement du punk, de l’électro rock et du funk. Difficile de classer le son violemment sexy concocté par ce trio magique qui dévoile à chaque performance une nouvelle facette de lui-même. Car la musique d’Insult Reason est indissociable du live et de la scène. http://www.myspace.com/InsultReason

VOLUME IMPACTS NERVES (V.I.N) - Volume Impacts Nerves est un quatuor parisien qui puise ses racines autant dans la musique noire américaine des années 60 et 70 que dans un rock plus nerveux rappelant les Clash ou Camera Silens. Sortie de l'album ! http://www.myspace.com/volumeimpactsnerves

VIBROLUX - http://vibrolux.bandcamp.com/

BALMER'S MACHINE - Citant en référence les Goo Goo Dolls, Jimmy Eat World ou encore les Cure, les rouages de Balmers Machine entrainent les engrenages d'un univers mélancolique aux riffs fleurant bon le rock alternatif US. Courant après ces moments qui ne reviendront jamais, espérant qu'ils soient encore à venir, welcome to the Balmers Machine !



dimanche 10 juin 2012

Kino #19 : Kung Fu et Claquettes !


Dimanche 24 juin à partir de 19h, KinoClub !
 « Un handicap physique est rattrapable. Celui de l’âme est incurable »

- Fred Enemy de Olivier Fouchard (2000, 3 min.)
- A Shine On Your Shoes (A Tribute to The Nicholas Brothers) de Derek Woolfenden (2012, 13 min.) (Sous Réserve)
- Crippled Avengers (La Vengeance des infirmes, Hong Kong, 106 min., 1978) de Chang Cheh


 Fred Enemy de Olivier Fouchard (2000, 3 min.)

« Le geste de faire un film est aussi simple que celui de s’approprier ce que l’on a sous la main, y compris le vieux principe de la récupération qui se pratique ici sans vergogne (…) ». Artoung !

Bande image : Extrait dansé de Fred Astaire et Ginger Rogers, je ne sais plus très bien…
Bande sonore : Extrait musical du groupe de rap américain : Public Enemy.
La recette est simple : plaquer n’importe quel son sur n’importe quelle image et regarder ce que ça fait… (Olivier Fouchard).


A Shine On Your Shoes (A Tribute to The Nicholas Brothers) de Derek Woolfenden (2012, 13 min.) (Sous Réserve)

« Avant, on avait affaire à des gymnastes, à des athlètes porteurs d’une certaine relation particulière au monde. Maintenant, on a surtout affaire à des informaticiens. » (Cheng Pei-pei, entretien paru dans les Cahiers du cinéma de février 2004).

Voyage métaphysique à travers les grands genres (et grands espaces) du cinéma américain et de son âge d’or grâce aux souliers des plus grands danseurs de Tap Dance de tous les temps, The Nicholas Brothers. Le comédien et danseur Gregory Hines a déclaré que si l’on devait leur faire un biopic aujourd’hui, cela nécessiterait des images de synthèse pour reproduire leur numéro de danse !

Crippled Avengers (La Vengeance des infirmes, Hong Kong, 106 min., 1978) de Chang Cheh

Le film narre la naissance d’une bande de combattants liés par leur volonté de se venger de Tu Tin-To (Chen Kuan Tai) et de son fils (Lu Feng) qui les ont rendu infirmes. Crippled Avengers (Can Que, Return of the 5 Deadly Venoms, Mortal Combat) est une production de la Shaw Brothers de 1978 avec quatre des membres de The Venom Mob (Lo Mang, Chiang Sheng, Lu Feng, Kuo Chui) connus pour leurs arts martiaux et leurs acrobaties. Ils viennent du théâtre chinois et sont contemporains des vedettes Jackie Chan, Sammo Hung et Yuen Biao de la Golden Harvest, firme concurrente qui sortit la même année Drunken Master de Yuen Woo-ping, film séminal de la « Kung-fu Comedy » avec The Spiritual Boxer de Liu Chia-liang (Shaw Brothers).

L’infirmité est l’allégorie de l’abandon de nos certitudes, l’abandon de l’assurance de ses propres croyances, l’abandon de la confiance de ses propres valeurs et enfin la volonté fédératrice de littéralement faire corps avec l’autre pour parachever ses connaissances ou sa propre physiologie (Cronenberg). Les infirmes sont aussi l’expression du manque physiologique à compenser (rendre plus performants les autres membres du corps et transcender leur simple fonction pratique et utile ; on pense à The One armed swordsman). Chang Cheh est le digne héritier de Tod Browning (L’inconnu ou Freaks) et participe avec les cinéastes King Hu (Come drink with me, Touch of Zen…) et Liu-Chia Liang (grand maître d’arts martiaux qui pratiquait depuis le plus jeune âge le kung-fu, et notamment la Boxe Hung, et qui fut son coordinateur des combats avant de passer à la réalisation) à l’âge d’or du cinéma d’arts martiaux des années 60. Et avant l’arrivée, dans les années 70, d’un corps magnétique et dévastateur, Bruce Lee (Jeet Kun Do), puis d’un corps « burlesque » qui détourne toute l’agressivité du monde contre elle-même, Jackie Chan (le kung-fu se mêle aux acrobaties de l’opéra chinois), et enfin dans les années 90, un corps dont la fulgurance et la rapidité défieront la caméra à les imprimer sur pellicule, Jet Li.