vendredi 14 septembre 2012

Festival Curry Vavart du 21 au 30 septembre


  Du 21 au 30 septembre,
le collectif fait son festival : expositions, visites des atelier, spectacles, projections, petites formes, concerts ... et des surprises !


Entrée en prix libre, cuisine maison
et joyeux bar spectaculaire !



PROGRAMMATION DETAILLEE :

VENDREDI 21 SEPTEMBRE
 

19h30 : Ouverture des portes 
20h30 : Cinéma dynamique !
Un film collectif et interactif réalisé, joué et bricolé par le collectif au grand complet. 

Cette séance est l'occasion de renouer avec une histoire « désavouée » du cinéma, celui issu du cirque, de la foire, du parc d’attractions, du train fantôme et de la maison hantée, du théâtre grand guignol au cabaret,
mais surtout de ses véritables origines (celles liées au contexte social des premières projections publiques).
C'est également l'opportunité de "mettre en abîme" notre démarche critique et artistique vis-à-vis de l'establishment culturel : "habiter"
(hanter ?) littéralement le film à l’image des lieux qu’on récupère et investit de manière temporaire pour exprimer nos pluridisciplinarités artistiques.
La Maison du diable est contemporain des préoccupations critiques des Situationnistes français (héritiers du Lettrisme) et celles commerciales américaines de Wiliam Castle qui visaient à affranchir les films de leur cadre en attentant directement au confort "sacré" du spectateur dans une salle de cinéma.




SAMEDI 22 SEPTEMBRE

à partir de 14h30 : Visite des ateliers et des installations 
   Détails des artistes et des travaux exposés ici

16h30 et 19h : Zinzin (Théâtre d’objet/cie 25 Watt)  


Un duo burlesque de théâtre d'objet sur les textes de l'auteur russe Daniil Harms.

Qui est Zinzin ?
Nous. Chipies, démones, femmes à barbe, nous sommes un duo burlesque, tantôt dans la complicité, tantôt dans la fâcherie. Et surtout,nous sommes très manipulatrices. Assises derrière notre table, nous prenons un malin plaisir à titiller les objets du quotidien pour qu’entre nos mains, ils livrent une part méconnue de leur véritable identité.
Eux. Les habitants du monde selon Daniil Harms. Ce sont eux dont nous vous narrons les aventures : humains cahin-cahotés par la vie dans une période politique sombre où la milice rôde, et par leur propre folie douce.

20h30 : La Gnôle de tante Christine est imbuvable
(Théâtre/Cie Red Rabbit Theatre)

 

La gnôle de tante Christine est imbuvable" est l'histoire de deux femmes qui rêvent chacune de tomber enceinte. L'une est stérile et l'autre est vierge. Marie est mariée à Joseph qui semble un peu trop passionné de charpenterie. Elisabeth qui est une femme plus mature et libérée sexuellement, tente désespérément d'avoir un enfant avec Zacharie. Un poil de féministe et un brin de blasphème ajoutent les épices nécessaires aux bavardages.
  
DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 

à partir de 14h30 : Visite des ateliers et des installations 
   Détails des artistes et des travaux exposés ici

de 14h30 à 17h30 : Atelier vol d’étourneau gratuit et ouvert à tous : restitution publique samedi 29 septembre Place Stalingrad (Danse/la débordante compagnie)

Le vol d’étourneaux - Performance pour une foule dans une ville : Proposition de marches et de courses dansées et improvisées en groupe dans l’espace urbain.
La débordante compagnie est une compagnie chorégraphique née en même temps que le collectif Curry Vavart, et en son sein. 
 


20h30 : KinoClub «Mauvais genre»

 

PANDROGENY MANIFESTO
Dionysos Andronis & Aldo Lee - 2006 - couleur -11 min
Dans ce manifeste vidéo en jeux de miroir, Genesis P-Orridge (un des membres fondateurs de Throbbing Gristle) et Lady Jaye Breyer P-Orridge présentent la démarche et les termes d’une expérimentation corporelle inédite et poétique.
Ils dressent le portrait de Breyer P-Orridge, un être composé, à la manière d’un cut-up, de deux entités. « L’idée n’est pas d’être jumeaux mais d’être deux parties d’un nouvel être », une double créature, le pandrogyne, allégorie du dépassement des genres dans la confusion amoureuse.

DESPERATE LIVING - John Waters - 1977- 90 min 
«Mélodrame lesbien sur la révolution, Desperate Living est une comédie, un conte de fées monstrueux qui traite de la torture morale, du désir du pénis et de la corruption politique. Il s’adresse à un public d’adultes névrosés avec un âge mental de huit ans.»  John Waters, Provocation.
Desperate Living est une avalanche d’idées, de situations et de personnages plus improbables les uns que les autres, qui fait exploser autant les conventions cinématographiques - synopsis invraisemblable, choix d’acteurs aux physiques résolument atypiques, esthétique outrancière - que les conventions sociales
- à travers la critique d’une société d’un bon goût uniforme qui entend lisser toute différence. Les films de John Waters, digne héritier de Tod Browning, Kenneth Anger
ou encore Herschell Gordon Lewis, préfigurent le cinéma plus « politiquement correct » d’un Tim Burton mais aussi les outrances des productions Troma ou de la série télévisée South Park. Ce sont des odes à la différence, au mauvais goût, au mauvais genre, en ce qu’ils s’opposent à l’écrasante majorité.  


Derrière la dérision et l’humour caustique, dans un crescendo de cruauté minable, la violence hystérique de ce film dégueule une dimension critique désespérée en faveur des freaks de tous bords, que la société exclut et relègue aux oubliettes.

LUNDI 24 SEPTEMBRE

19h30 : ouverture des portes
20h30 : Conférence
Du squat comme lieu de recherche, 1 an de bibliothèque scientifique au Shaquiraï (Jacob, archéologue) 
Dans cette conférence, j'aurai le plaisir de vous inviter à réfléchir avec moi sur cette première année de bibliothèque de recherche au Shah-qui-raï, je vous raconterai comment cet atelier d'artiste à engendré des œuvres scientifiques et enfin, je vous dévoilerai les principaux axes de mes travaux sur les graffitis du désert  et les villes en ruines du sud du Maroc qui sont l'inspiration de ma pratique créatrice.
Finalement, sans vouloir le démontrer, on en arrivera à reconnaître que les sciences humaines sont bien des Arts, dans ce vieux sens de la Renaissance, et comprendre la présence de travailleurs intellectuels dans un collectif d'artistes.

MARDI 25 SEPTEMBRE

DE 16H à 20H : Visite des ateliers et des installations 
   Détails des artistes et des travaux exposés ici 

MERCREDI 26 SEPTEMBRE

 SOIREE PETITES FORMES #1 
Ouverture des portes à 19h30, début à 20h30

Pour la première fois, Curry Vavart dévoile les recoins secrets du Shaquiraï et y concocte une fricassée de spectacles courts et chatoyants !
 
- Fiston et l'orgue  (freestyle/Fiston) 
- Musique performante
(performance musicale/Elsa Foucaud et Sébastien Tellier)
- Le vilain petit canard (théâtre d'objet)
- Trois version d'Avant versus maintenant
(Danse-théâtre-musique déambulatoire/collectif Curry Vavart et la débordante compagnie)
- Le diner anglais (Burlesque/collectif du K)
- Qu'est ce que j'en sais (Danse-travail en cours/la débordante compagnie)
- L'insulte (Théâtre/Emilien Diar Deteuf et Nayel Zeaiter)
- Madame Lomone (Solo burlesque/Jérémy Philippeau)
"Devenir une vraie sorcière gitane, aujourd'hui, c'est pas facile. Surtout quand on s'y prend mal. Profitant de votre innocente condition de spectateur expectatif, elle se rue vous, vous jette sur scène et c'est partie pour une séance de spiritisme personnalisée ! Tarot divinatoire, sorcellerie vaudou, orbe magique... tout est prétexte à la création d'histoires farfelues et à la manipulation d'objets insolites.
Aucun secret déterré de votre passé, aucune révélation sur votre avenir, mais au moins elle rendra votre présent un peu plus marrant."




JEUDI 27 SEPTEMBRE

 SOIREE PETITES FORMES #2
Ouverture des portes à 19h30, début à 20h30

Pour la deuxième fois ! ... Curry Vavart dévoile les recoins secrets du Shaquiraï et y concocte une fricassée de spectacles courts et chatoyants ! 

- Quatuor de filles en combinaisons bleues  
(collectif Curry Vavart et la débordante compagnie)
- Professeur Fouthèse (Texte-Théatre de rue/Professeur Fouthèse)
- Le petit Etienne de Cloyes-sur-le-Loir
(Théâtre/Emilien Diar Deteuf et Nayel Zeaiter)
- Fiston et l'orgue (free style/Fiston)
- Rob (solo burlesque/collectif du K)

Deuxième partie de soirée pour public averti :
 - Il ne faut pas confondre la tête et les fesses
(Danse/la débordante compagnie)
- Jour - Soir - Nuit - Aube  (4 surprises du collectif Curry Vavart) 


VENDREDI 28 SEPTEMBRE
Week end spécial arts de rue 

22h : Les Baraques des Soeurs Langlais
Entresort vivace pour 7 baraques hétéroclites orchestrées par
2 jumelles/
Cie Les Armoires Pleines/ 1h



« A la tombée de la nuit, sur la place du village, se sont dressées à la hâte d’étranges baraques de foire. Entre musée et jardin d’attraction, suivez les Sœurs Langlais dans la visite de cette féérie curieuse. Approchez, approchez mesdames et messieurs, approchez sur la pointe des pieds...» Venez admirer: la femme escargot évoluant dans son milieu naturel, la fileuse aux quenouilles prisonnière de sa toile, le bouleversant témoignage d'une vieille petite fille,
il sera invité dans la caravane de la femme à la mue ratée... Et encore bien d'autres fantaisies pour les yeux et les oreilles...


Le spectacle a été fabriqué et réalisé au Meubles, et la compagnie est née dans les murs du Bœuf 3,  tout deux lieux du collectif Curry Vavart.
www.lesarmoirespleines.com


SAMEDI 29 SEPTEMBRE 
Week end spécial arts de rue   

14h30 Place Stalingrad Performance du vol d’étourneaux.
R
estitution publique de l'atelier du dimanche
(Danse/la débordante cie)

15h15 : Le secret du bonheur
(Conte à l’accordéon/Cécile Le Meignen - 30min)
C’est l’histoire d’une petite bonne femme qui traverse l’océan pour enfin connaitre la formule magique qui saura la rendre heureuse…
Mais saura-t-elle entendre les  conseils de la très très vieille femme que la vie mettra sur sa route ? 
Le secret du bonheur s’est joué dans tous les lieux du collectif, il lui fallait être dans le 1er Festival Curry Vavart ! 

16h00 : Una lucita (Jonglerie poétique/Cie Les yeux fermés - 1h)
Ils détestent les portes, ils détestent les murs, les barrières et les clôtures. Et de les regarder défier la gravité va vous procurer une bouffée de liberté.
Una Lucita a bénéficié de l’accueil en résidence à plusieurs reprises au Meubles, ce fut l’occasion de présentation de travaux en cours.
www.cielesyeuxfermes.net 

17h15 : Mal de terre (Clown jonglerie /Cie L’accoudoir - 30min)
Né d'un père mort de peur de rire et d'une mère déboussolée, Cancre le marin erre sur terre avec dans sa valise et son seau les souvenirs d'une vie amère.
N'ayant jamais eu sa propre révélation, il tente de se trouver un rôle angoissé par l'idée d'arriver peut-être un jour à devenir le héros qu'il a toujours rêvé d'incarner.

Nouvellement membre du collectif, ce grand Cancre travaille son solo entre Shakirail et Meubles.
facebook.com/cie.laccoudoir
 

17h45 : Les ailes de Prune (Palabre poétique/Cie les Fugaces - 45min)
C’est l’histoire d’une p’tite bonne femme qui voulait vivre sa vie. Une histoire entre stand up et poésie. L’air libre d’un ailleurs, bourlingue ici. Récit au quatre vent. Dans une valse en cinq temps.
Les Fugaces a vu le jour en même temps que le collectif Curry Vavart, trimbalant les spectacles de lieu en lieu et après 3 ans de silence, voici le 2eme opus de la cie, créé quasi intégralement chez Curry Vavart !
www.fugaces.com   voir une vidéo
 

18h45 : 1190563004042011ipp265517
(performance dansée, couture mouvement image, Titupröne - Cécile Germain - 20min)
Il devient inquiet et, s'avançant à travers le corps, coupant le passage à l'air, il gêne la respiration, provoque de grandes perturbations et toutes espèces de manifestations de sensations affectives.
Nouvellement membre du collectif, Cécile Germain travaille son solo entre Shakirail et Meubles.
www.facebook.com/tituprone
 

+ intermèdes sous l’escalier «la Cave», dans une chambre «Georgina vous met en pyjama» ainsi que «Madame Rami» ...

La Cave (jauge 3 personnes) :  Entre et sort de 10 minutes pour frissonner sous l'escalier. Histoires d'horreur pour public averti.

Georgina (jauge 3, 4 personnes) : Rentrez dans l'intimité de Georgina, mettez vous à l'aise, fermez les yeux, elle vous racontera des histoires...

Madame RAMI (jauge 5 personnes) : L'ennui et la morosité vous guettent ? Offrez-vous un nouveau destin grâce aux étonnants pouvoirs du tarot de Mme RAMI !
Mme RAMI fait partie du collectif Alteréaliste de Chalon-sur-Saone, ils sont nos amis, Mme RAMI aussi.
20H : CONCERTS
La Villageoise
... un surnom donné par une bande de fracassés écoutant pour la première fois « le bal des poivrots ». Elle ne sait pas jouer d’l’accordéon, mais depuis janvier 2009 elle essaie, à sa façon. Ses histoires racontent les nuits sans sommeil, l’excès d’amour ou l’excès de vie.
Un trop plein qu’elle vous livre ! Elle ne prend pas de précaution, ne soyez pas gênés ça va l’ennuyer ! C’est une chanteuse de bistrot. Faut la voir un verre à la main sinon elle risque de râler. http://www.facebook.com/groups/la.villageoise/

Zorba 
 L'Orient Express, urbanisé - Chanson française - musique du monde http://www.facebook.com/zorbamusique


DIMANCHE 30 SEPTEMBRE
Week end spécial arts de rue 

De 15h30 à 18h45
Même programmation que samedi 29 septembre

20H30: Ciné "Drive-in" 
Projection en plein air d’une sélection de films courts des membres du collectif (programmation en cours)
Avec option vendeuses ambulantes « cigarettes, bonbons, chocolat ! »

CLÔTURE.

Artistes exposés pendant le festival Curry Vavart

Expo en cours au CP5# 5 : À TABLE !



Le CP5 est un espace d’expositions géré par les plasticiens du collectif Curry Vavart, installé dans le hall d’entrée d’un ancien vestiaire SNCF, complètement habillé de contreplaqué 5mm.

Pour son 5eme volet le CP5 invite Antoine Alliot, Armelle Caron, Griet De Vis, Alice Garnier Jacob, Marie Guillon Le Masne, Safia Hijos et Cécile Wautelet à réagir au thème de la nourriture et du repas. 


ÉLODIE LOMBARDE, plasticienne, présente un White Flag, assemblage de mouchoirs en papier.
De diverses façons, mon travail s’articule autour de matériaux banals du quotidien auxquels je trouve des qualités plastiques et narratives. Mouchoirs en papier, enveloppes, sacs en plastiques ou encore photos de journaux ; matières et images dépourvues de valeur aux yeux de la société de consommation ou des mass-media, mais ayant néanmoins une charge symbolique dans leur utilisation ou contenu.
Par l’accumulation, je cherche à atteindre une abstraction de la matière ou du sujet et une simplicité formelle afin de l’éloigner de son utilité pratique. Par une mise à distance de la banalité, ils deviennent le fond et la forme de mes recherches plastiques grâce à ce qu’ils sont et non à ce qu’ils sont censés faire.
J’assemble, avec eux, un art du minimum et du fragile, d’où émane un second degré, une dimension symbolique et politique des petites choses du quotidien en même temps qu’une poésie de l’accumulation


DOÏNA (bricoleuse en toute matière), vous présente sa  grande marionnette
" Née d'ici ", toute juste sortie de l'usine artistique et collective Curry Vavart.

CARINE, plasticienne, présente une installation/projection/sculpture : "Rivière" . Il s'agit de montrer par cette installation/portrait, la question de la fragilité de l'être, de la complexité (le sujet morcelé, éclaté ; dont les choses ne sont pas toujours visibles mais ténues).
Ce travail est un tout premier volet sur la question du traumatisme.

ADELINE FROSSARD, plasticienne, présente des dessins :
Dans mes dessins, la feuille blanche se charge de coups de crayon automatiques, au crayon carbone, ou à la pierre noire. Gestes spontanés, griffonnis tourmentés révélant l'informe. Les quelques restes blancs cisèlent dans le brouillard charbonneux de petits paysages sibyllins, étranges apparitions. Ces minutieux mondes à peine dévoilés, tout juste saisissables se font brèches vers une lumière inconnue.
http://adelinefrossard.blogspot.fr/

KATIA PEREIRA, peintre, présente une peinture à l'aérosol : Red lipstick, série «Embrasse-moi»
aérosol sur toile lin, (146 x 97 cm), 2012
Katia Pereira, dit Kat Détraké, née en 1979, est une artiste franco-portugaise, qui intervient principalement sur des toiles de grands formats, à l’aide de peinture aérosol.
Deux caractéristiques font la synthèse du parcours professionnel et artistique de Katia. D’abord architecte de formation, habituée à travailler sur des projets de grands ensembles, elle est aussi adepte du Street Art, et rompue au graffiti.
En 1996, Kat intègre le Détraké crew : collectif artistique pluridisciplinaire, rassemblant diverses disciplines comme le graffiti, la peinture, la sérigraphie, la musique.
Au cours des années, le travail de Kat a évolué vers le surréalisme. L’artiste s’inspire entre autres de photos de mode très contrastées, donnant au portrait un aspect irréel et impersonnel. Le cadrage des sujets et le travail des couleurs bouleversent notre perception. Le tableau s’oriente tantôt vers une figuration photogénique, tantôt vers une abstraction minimaliste.
  
SÉBASTIEN B. (alias SOAK), artiste peintre autodidacte, présente huit toiles :

-Autoportrait (sérigraphie) 20 x 40 cm
-VESTIGES (acrylique/aquarelle)100 x 60 cm
-Autre Monde (acrylique/aquarelle) 65 x 50 cm
-Fusion (acrylique/aérosol) 25 x 100 cm
-Utopia (acrylique/argile) 46 x 55 cm
-Mysterious Thing (acrylique/aérosol) 20 x 60 cm
-Violette danse avec rouge (aérosol) 20 x 60 cm
-Fée Verte (acrylique/argile) 20 x 60 cm

Sans formation artistique particulière, Soak évolue au sein du collectif Détraké fondé dans les années 90 (collectif artistique pluridisciplinaire, rassemblant diverses disciplines, comme le graffiti, la peinture, la sérigraphie, la musique).
En qualité d’autodidacte et n’ayant pas suivi de formation artistique, j’ai la liberté de « goûter » un peu à tout. Je me laisse porter par ce que je ressens au moment de créer, d’une toile à l’autre ça peut-être très différent. Les toiles naissent les unes après les autres. C’est une pulsion créatrice, je le fais et aime le faire, c’est tout. Comme toute pulsion je ne la maîtrise pas, c’est en moi : pas de ligne directrice, pas d’organisation. La création naît d’une idée, d’un flash, quelquefois d’une erreur, d’un hasard, d’une volonté d’expression, c’est un peu comme un instantané, une photo. Techniques : aérosol, acrylique, aquarelle, argile,…

FRANÇOISE PERRONNO, plasticienne, présente une installation : dessins sur plaques de verre et projecteur de diapos.

DÉBORAH HERCO, plasticienne mosaïste, présente une sculpture : Petit plateau minéral

OTTAVIA ASTUTO, plasticienne, présente une généalogie du collectif Curry Vavart, et ses Magueuls.

LUCIO GIRONDO, présente une peinture sur toile :
Diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2003, Lucio Girondo est artiste-performer
au sein de l'Institut bancal, www.institutbancal.com. En parallèle, il poursuit
depuis plus d’une quinzaine d’années, une activité artistique de peinture
et de dessin. Ici nous vous présentons une peinture, dont la recette serait : 
"Un TARTARE d'amour et de haine"; à déguster dans un coussin.

BETH ANNA, peintre et vidéaste, présente une vidéo.

SERGE A., alias GE-SER, plasticien travaillant le bois et les matériaux de récupération, présente deux Tableaux-reliefs.

lundi 3 septembre 2012

Expo CP5 #5

À TABLE !
Du 13 au 30 septembre 2012
Vernissage le jeudi 13 septembre 19h



Pour sa 5ème exposition, le CP5 invite 7 artistes
plasticiens, céramistes, accessoiristes, peintres
à réagir au thème de la nourriture et du repas.
 
L’aliment comme objet ou comme sujet, vaste territoire d’expression artistique.
Une proposition décalée où vont se côtoyer spaghetti volants, briseur d’assiette, gangster-banane, maïs très chaud, nouvelle manière de manger, appétit d’oiseau et plats de papier.
Une sorte de dîner abstrait, entre poire et dessert, qui questionne le rituel de la table, la notion du goût, de la beauté et de la fragilité des aliments.

La nourriture re-présentée, perd sa saveur et son odeur, elle devient motif, texture et prétexte graphique...

Une exposition des travaux d’Antoine Alliot, Armelle Caron, Griet De Vis, Alice Garnier Jacob, Marie Guillon Le Masne, Safia Hijos, Cécile Wautelet.


Au Shakirail 72 rue Riquet 75018 Paris
M° Marx Dormoy/La chapelle/Stalingrad

Visite hors événements sur rdv :
cp5@curry-vavart.com

www.curry-vavart.com/cp5