dimanche 7 décembre 2014

KinoClub #43

Dimanche 14 décembre à 20h, après le marché de Noël du Shakirail, cette séance sera consacrée au SURVIVAL !


(Genre cinématographique - Définition : L'homme face à la sauvagerie des hommes et/ou de la nature. Unité d'action : sauver sa peau, coûte que coûte - unité de lieu : souvent une forêt, parfois un désert ou une ville ravagée par l'apocalypse - unité de temps : un jour ou deux en enfer, jusqu'à épuisement des personnages).


Bah oui, vous croyiez quoi ?
Qu'on allait vous faire une séance spéciale films mièvres de Noël ?!
 
 
Ouverture des portes à 19h30 - petit bar - Prix libre

Voici arrivé le temps, non pas des cerises, mais du dénuement et de la sauvagerie de nos propres instincts prédateurs et de nos mauvaises pulsions retournées joyeusement contre soi !
Venez assister à un Kino Club exceptionnel (toujours !) où, pour une fois, tous les genres cinématographiques sont en parfaite symbiose pour nous dire combien nous sommes des monstres, et comment c'est jouissif de l'être quand on peut l'exorciser à l'écran à travers la fiction hollywoodienne dégénérée (La Proie Nue de Cornel Wilde), animée (Tex Avery et Jan Svankmajer), expérimentale (les Gianikian/Ricci Lucchi, Chris Oakley)...


Et venez couvert, pas comme le type sur l'affiche à moins que l'identification clinique ne vous guette... (et accessoirement la pneumonie).

Cet abattoir visuel sera présenté par Derek Woolfenden (Programmateur en chef du KinoClub) dans le cadre d'une émission consacrée au genre sur Radio Libertaire : Les Oreilles Libres (vendredi 12 décembre de 14h30 à 16h le - 89.4MHz).

La programmation détaillée sur le livret en dessous, là.
 
 
 
 

mercredi 26 novembre 2014

Le Shakithon #4

Jeudi 11 décembre à 20h
4ème édition du Shakithon
(ouverture des portes à 19h30 - Prix libre)



Pour ceux qui auraient loupé les épisodes précédents, le Shakithon est un espace d'expérimentation, un cabaret/scène ouverte où les artistes peuvent proposer des formes courtes en chantier. 

Le mot de la programmatrice :
Noël c'est pas que pour les gosses, et voilà un cabaret qui groove !
Viens t'éclater la rétine sur des artistes de panam et surtout d'ailleurs.
Le cru de ce Shakiton nous vient de loin alors profites en.
Place aux formes courtes rodées ou en chantier.
Musique, cirque, danse, clown, prises de risque et autre surprises vont swinguer
sur les planches du 72 rue Riquet.
Welcome le vin chaud t'attend !

Cassandre/Horschamp n°99

Samedi 6 décembre à 20h
Le Shakirail accueille la revue Cassandre/ Hors champs pour une soirée autour de la sortie de leur numéro 99.


 
La revue Cassandre/Horschamp présente cet automne deux grands dossiers sur les thèmes suivants :
 
• La mise en mouvement de pensée qu'implique la notion de créolisation, élaborée par Edouard Glissant. Toujours jaillissante et fructueuse, elle innerve le travail de l'Institut du Tout-Monde et des artistes dans la Caraïbe et l’Océan Indien : musiciens inventeurs (Serge Alidor avec le G-Rocka), dramaturges attentifs (Guy Régis Junior) et militants (Emmanuel Genvrin du théâtre Vollard).
En écho dans ce numéro, une évocation de nomades qui nous sont particulièrement chers : la contrebassiste Joëlle Léandre, pourfendeuse des hiérarchies figées de l'orchestre, la doyenne des manouches d'Alsace et sa famille, photographiée et narrée par Jeannette Gregori, l'invention à Rennes d'une université foraine par Patrick Bouchain et Loïc Julienne, architectes d'une ville en devenir...

• Pour inaugurer une nouvelle rubrique consacrée à l'édition, nous commençons à aborder ici les nouvelles formes d’invention et de mobilisation de l’archipel des acteurs indépendants de la chaîne du livre, qui luttent pour réinjecter une exigence de qualité éditoriale dans des circuits menacés par l'obsession commerciale. Les initiateurs de La Voie des indés = rentrée littéraire propice au temps long de la pensée, interrogés dans nos pages, nous rejoignent pour cette soirée.

 PAF : 5€
Restauration et bar sur place.
Pensez à réserver ! resa@horschamp.org

jeudi 20 novembre 2014

Marché de Noël !

Youhou ! Le shakirail présente la 3ème édition de son marché de noël ! 

Venez découvrir le travail et les créations originales des plasticiens, artisans, bricoleurs, gens qui font des trucs ... de Curry Vavart, dans leurs ateliers, en buvant du vin chaud ! 

Quelques spectacles viendront ponctuer cette (on espère) belle journée d'hiver et on enchainera sur le KinoClub dans la soirée.


dimanche 16 novembre 2014

Le songe du réverbère - collectif du K

Dimanche 30 novembre à 20h30
puis les lundis 1er et 8 Décembre,
Mardi 2 Décembre
et Dimanche 7 décembre à 20h30
 
Ouverture des portes à 19h30 - Prix libre
Soupe maison et vin chaud - Fermeture des portes à 20h30

Réservations fortement conseillées : collectifduk@gmail.com
 Attention : Dernières réservations la veille du spectacle.
 

Des ouvriers montent un réverbère au début du spectacle, le démontent à la fin. Seule lumière dans un monde dont l’on peut discerner au loin la valse quotidienne dans les fenêtres d'une maison.
Dehors nous voyons les hautes sphères de la finance et de la politique, où se joue l’absurde système de notre siècle.
Et en résistance, une enfant rêve dans l’ombre de sa chambre. Elle rencontre la mort, les âmes et les esprits des mondes intérieurs. Elle découvre le théâtre et les parents masqués. Et le réverbère à sa fenêtre devient son confident.

Le songe est un spectacle muet
Fait de pantomime
Fait de jeux burlesques
Fait de petits drames quotidiens
Sur lesquels viennent se coudre
Quelques poèmes de couleur.
Comme des coquelicots
Poussés dans le bitume.
Texte et mise en scène : Simon Falguières
Avec : Laurent Barbot / Thomas Blumenfeld / Laura Cros / Benjamin Desche / Juliette Didtsch / Elise Douyère / Pénélope Driant / Thomas Ducasse / Léandre Gans /
Brice Fontan / Alona Zhuravel.
Création sonore : Valentin Portron / Cédric Carboni
Création lumières : Léandre Gans
Création costumes : Elise Douyère

Vernissage CP5 France Tendance jeudi 4 décembre

Jeudi 4 décembre à partir de 18h
Vernissage CP5 France Tendance

(Entrée libre)



A l’occasion de la sortie de sa publication, France Tendance organise une exposition d’art. « Notre travail est d’interpréter des signes. Nous avons su voir les premiers indices de certains changements majeurs. Il est de notre responsabilité d’orienter les individus et de prévoir au mieux l’attitude qu’il leur faudra adopter demain. Nous n’émettons pas d’hypothèses mais bien des conclusions.
Chacun éprouve une certaine inquiétude quant au futur. Ce n’est pas notre cas. Nous voyons dans l’inquiétude de l’ignorance. »

Un livre et une exposition de Maximilien Pellet, Pierre Tectin, Nayel Zeaiter avec Alex Astreoud.

(ndlr : que personne ne s'inquiète, ce n'est pas une secte)
 
 

Le Non_Jazz#2211


Samedi 22 novembre à 20h, le Shah qui caille accueille
le non-jazz #2211,
soit un set de concerts electro-noise avec SUN STABBED (Grenoble), NAPPE (Grenoble Saint-Etienne), LENA CIRCUS (Paris), PAL (Toulouse Paris Marseille) et ALEXANDRE BELLENGER.
O
uverture des portes à 20h - Prix libre - Bar
 

SUN STABBED / grenoble - Formé en 2005, ce duo de guitares électriques (préparées ou pas), parées d’effets & d’amplification -  joue tantôt avec des masses sonores, tantôt avec des petits détails, entre ambient marécageux-évocateur et abrasion sonore, douceur, rugosité et onirisme-fantôme… lorgnant ainsi autant du côté des minimalistes américains que des free noisers néo-zélandais. Leur nom même est bien évidemment, un gros clin d’oeil/indice/hommage à leurs frères spirituels & fondateurs néo-zélandais.
Publiés sur des labels tels que PseudoArcana, Root Don Lonie for Cash en Nouvelle Zélande, Peasant Magik aux Etats Unis, Zerojardins ou Doubtful Sounds en France.

Pour écouter c'est ici ... et ... et encore ici et .

NAPPE / grenoble saint-étienne - duo qui “digère et dissèque une électronique radicale, aux sonorités brutes, errant du côté de la saturation et du feedback, évitant les pièges du genre.” (Métamkine). Pour écouter c'est ici.

LENA CIRCUS / paris - Formé en 1999 par Antoine Letellier (guitares, instruments à vent) & Nicolas Moulin (guitare, électroniques), LENA CIRCUS est d’abord un duo (avec à son actif neuf EPs publiés à un rythme mensuel, surdivers labels indépendants), avant d’être rejoint en 2003 par Guillaume Arbonville (percussions). Le trio enregistre depuis 8 albums, joue en France et en Europe, fait évoluer sa musique au gré des rencontres & collaborations: danse butô, vidéastes, ciné-concerts…
Suscitant des comparaisons avec les expérimentations de Sun Ra ou Taj Mahal Travellers, leur univers, fruit d’une communication quasi-télépathique entre les musiciens, fait preuve d’une alchimie du son bien particulière, explorant les recoins d’un paysage tout en finesse et en tension permanente
. Allez écouter , ici et encore et .

PAL / toulouse paris marseille - (AntonyL)îl(l)e, (Hugo Le)me(ai)r(e) et (Boris Geof)fro(y)id paraissent travailler à quelque chose de gros... La désinvolture qu’ils affichent au premier abord ne parvient pas à dissimuler la gravité de l’enjeu : c’est plutôt que la langue leur pèse devant l’ampleur du chantier. Ils ne simplifient pas, ne vulgarisent rien, mais poussent au coeur du problème, érigent, amassent, rassemblent la matière, qu’il s’agisse de sons, d’objets, de matériaux collectés ou fabriqués. Ils tournent, trafiquent, projettent, se perdent, se font dépasser même par cette matière grouillante, poisseuse, dont ils ne viennent jamais totalement à bout, mais à laquelle ils ne font jamais vraiment de compromis. Leur pratique de l’expérimentation totale leur offre de balayer tous les champs, d’attaquer touts les limites. On les croirait affairés à la mise en scène de leurs propres aventures, en improvisant la bande originale sur leurs guitares bricolées, en construisant les décors, rocs, bâtisses et monuments, en organisant les batailles, les fêtes et les débâcles. Leur affaire est indicible, vertigineuse, au delà. Pour écouter : ici, et là aussi.

ALEXANDRE BELLENGER - Musicien autodidacte, prolifique & polymorphe - aussi à l’aise dans le contexte de l’improvisation free, noise ou composition électronique ou … math-rock - guitariste, platiniste & synthétisant analogique.
Ayant multiplié depuis le début des années 2000, projets, collaborations & performances - en solo ou au sein de diverses formations (BOBBY MOO, SMHOT, ROLEX, WOOOM, ABACABB, …) : on ne sait pas précisément de quelle facette de ses activités il abordera le propos mais il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’un solo de guitare électrique et acérée. Ecoutez
et et aussi ici et puis .

jeudi 6 novembre 2014

16/11 _KinoClub # 42 : Apocalypse !

 

Dimanche 16 novembre à 20h
Ouverture des portes à 19h30 - Prix libre
 

Bandes annonces : FIVE (Arch Oboler, 1951), LE MONDE, LA CHAIR ET LE DIABLE (Ranald MacDougall, 1959), LA DERNIÈRE FEMME SUR TERRE (Roger Corman, 1960), PANIC IN YEAR ZERO ! (Ray Milland, 1962), FAIL-SAFE (Sidney Lumet, 1964).

Extraits :
- APOCALYPSE 2024 (A BOY AND HIS DOG) L.Q. JONES_ÉTATS-UNIS_1975_1'
Variation de Candide de Voltaire avec Pangloss en chien, le film est un conte moral initiatique tanguant autant vers THX1138, Soleil vert que Fahrenheit 451. Mais il s’agit aussi d’un western métaphysique quasi picaresque (on pense à El Topo de Alejandro Jodorowski). L’extrait choisi est le prologue expérimental du film…

- THE PLASTIC GARDEN IP YUK-YIU_CHINE_2013_11'
- LE DERNIER RIVAGE STANLEY KRAMER_ÉTATS-UNIS_1959_2'
- TERRE BRÛLÉE (NO BLADE OF GRASS) CORNEL WILDE_ÉTATS-UNIS_1970_4'
- SOLEIL VERT RICHARD FLEISCHER_ÉTATS-UNIS_1973_3'
Il s’agit du prologue du film monté comme un roman-photo pour démontrer notre entrée fracassante dans un futur proche désastreux ! Le dernier film de Jean-Gabriel Périot, We are become Death (2014), s’inspire (consciemment ou pas) de cet extrait choisi.

Re- Bandes annonces :
LE SURVIVANT (Boris Sagal, 1971), CHOSEN SURVIVORS (Sutton Roley, 1974), THE TOXIC AVENGER (Michael Herz et Lloyd Kaufman, 1984), CLASS OF NUKE ‘EM HIGH (Richard W. Haines, Michael Herz et Lloyd Kaufman, 1986).

Re- Extraits :
- LES SURVIVANTS DE LA FIN DU MONDE (DAMNATION ALLEY)
JACK SMIGHT_ÉTATS-UNIS_1977_4'
Si seulement la bombe atomique ne pouvait être qu’un effet spécial optique ou pyrotechnique à petite échelle dans l’économie du cinéma de Science-Fiction ou d’action… Ou comment Hollywood se réapproprie des images d’archives saisissantes et (malheureusement) magnifiques en les incorporant à de la pure fiction de série B…

puis ... MALVILLE 1977_YVES-MARIE MAHÉ_FRANCE_2014_6'
En 1977, une manifestation contre l’installation d’une centrale nucléaire à Creys-Malville dégénère en affrontements violents entre manifestants et policiers.

Et enfin le long métrage : THREADS
MICK JACKSON_GRANDE-BRETAGNE_1984_110 MIN.
Ecrit par Barry Hines (Kes, The Prise of Coal, The Gamekeeper, Regards et sourires, Shooting Stars…), Threads est un faux documentaire post-apocalyptique sidérant. Après un début constitué d’une suite logique d’évènements individuels en regard d’actualités politiques, le film se modifie après l’explosion nucléaire, devenant alors un survival anarchiste et nihiliste (le gouvernement qui a mené à cette situation la fait logiquement empirer…). D’ailleurs, les dialogues du film ont été samplés par le groupe anarcho-punk Conflict (« Vous ne pouvez pas gagner une guerre nucléaire ») ...la suite et le détail sur le livret, là, en dessous (Clic droit : afficher l'image, ça l'ouvre en pleine page et y'a même un zoom, c'est fabuleux la technologie...)

 

lundi 3 novembre 2014

Conférence Spinoza

Spinoza : philosophe bourgeois ou révolutionnaire ?
Par Ivan Segré, philosophe talmudiste


Vendredi 14 novembre 2014 à 20h
Ouverture du bar dès 19h


Spinoza avait un trou à son manteau. On avait tenté de le poignarder et son manteau en portait la trace. La haine dont Spinoza fut l’objet est originaire. Dès la parution du Traité théologico-politique, une sainte alliance est scellée, garante d’un ordre moral menacé par la philosophie d’un homme libre. Dans ce livre, Ivan Segré s’intéresse aux derniers avatars de la réaction idéologique qui a pris Spinoza pour cible, et singulièrement aux penseurs juifs qui ont reconnu en lui un « traître ». Est-ce à dire qu’une vie sous la conduite de la raison est une trahison de la cause des Juifs ? Philosophe et talmudiste, Segré examine l’acte d’accusation qu’on a dressé contre le philosophe d’Amsterdam et il conclut que la fidélité à l’antique tradition hébraïque exige, aujourd’hui, d’arborer le manteau troué de Spinoza.
À ceux qu’il appelle les théoriciens bourgeois du nom « juif », il oppose l’intelligence des textes hébraïques, dont il nous dit qu’ils sont solidaires du nom « ouvrier », solidaires de son devenir révolutionnaire.
 
 

mardi 14 octobre 2014

Concerts

Vendredi 24 octobre à 20h, on inaugure la toute nouvelle salle de concert dénommée désormais La Cattin, avec Walter's carabine, Folsom Boys et Peturihotquy Weirrock !

 (Dénommée ainsi en hommage à Etienne Cattin, cheminot et poête.
Malgré les apparences, la salle va rester non fumeur ...)


Vendredi 24 octobre à 20h 
(Ouverture des portes à 20h - concert à 20h30 - Prix libre) 
Inauguration de La Cattin avec en concert :

Walter's carabine - Dirty rock
Folsom Boys - rock folk
et Peturihotquy Weirrock !

 

Vernissage du CP5 "THE AND"


THE AND - Du 17 octobre au 9 novembre 2014
Exposition collective des derniers artistes résidents des Ateliers Temporaires du 88 rue Pixérécourt (gérés par le collectif Curry Vavart).
Vernissage le jeudi 16 octobre à partir de 18h
Performance à 20h

June Allen
Florent Audoye
Sarita Beraha
Agathe Berthaux W
Byskov Anna
Laure Devenelle
Julian Feeld
Mathilde Huron
Guillaume Lebourg
Anna Lejemmetel
Edith Magnan
Nicolas Maigret
Keita Mori
Luca Resta
Pierre Tectin

« Le début ne laisse pas présager la fin »
Hérodote, Histoires

This is the And...
Il y a une fin à tout.

La Mairie du 20ème arrondissement de Paris a confié à l’association Curry Vavart / AGETA le soin de transformer un ancien foyer de jeunes en réinsertion en résidences artistiques temporaires au 88 rue Pixérécourt.

Ainsi, depuis près d'un an, artistes plasticiens, designers ou performeurs se sont succédés suite à des appels à projets pour créer et faire vivre le lieu en attente de réhabilitation. Cette exposition collective “finale” des derniers artistes résidents, préfigure donc la fermeture prochaine du lieu.

Située en face du 104 au bord de la voie ferrée de Paris Gare de l'Est, l’exposition prend place dans un ancien bâtiment SNCF géré par l’association Curry Vavart. À la différence d’un white cube, les cimaises sont des planches de contre-plaqué CP5 installées dans un couloir qui servait de lieu de passage et d’affichage administratif des employés SNCF

lundi 13 octobre 2014

Kino-Concert

La séance proposée ce mois-ci par le Kino Club se propose de revenir à la 3D la plus efficace du 7ème art : l’utilisation du son, de la musique, du décor et des effets d’optiques permis par le montage. Entrons dans la danse … 


 Dimanche 19 octobre à 20h - Ouverture des portes à 19h30 - Prix libre

Des extraits de long-métrages et des films d’animation inaugureront la séance ... La célèbre ouverture de LA POUPÉE (Die Puppe, 1919) d’Ernst Lubitsch où l’on voit le metteur en scène lui-même installer la maquette d’un décor avant qu’il ne prenne vie… Les deux grands moments chorégraphiques et musicaux du film GOLD DIGGERS OF 1933 (1933) de Mervyn LeRoy par le génial Busby Berkeley (« The Shadow Waltz » et « Remember My Forgotten Man »); La séquence « Le Ballet du rêve », extraite de YOLANDA ET LE VOLEUR (1945) de Vincente Minnelli, convoque les influences surréalistes du cinéaste : Salvador Dali, Max Ernst, mais aussi Wolfgang Paalen et Paul Delvaux tandis que la proposition sonore graduelle, puis musicale construite comme une sorte de Boléro, enivre encore aujourd’hui… Un dessin animé de Tex Avery, PAGE MISS GLORY (1936) dans une facture art déco fait mouche dans la carrière du cartooniste qui, pourtant fidèle à lui-même, ne manque pas de « parodier un monde harmonieux qui représente le consensus du bon goût à l’américaine et dont les codes immuables stimulent son sens de l’effraction. » (Robert Benayoun, Le mystère Tex Avery).
Et enfin, HRA BUBLINEK (Bubbles Game, 1936) de Karel Dodal et Irena Dodalova. Il fut un temps où certaines publicités étaient littéralement des films expérimentaux aux propositions formelles et abstraites étonnantes ! Il s’agit ici d’une publicité tchèque sur du savon à la térébenthine influencée par les expérimentations animées de Oskar Fischinger…

Suivi par un CINÉ-CONCERT : LA PRINCESSE AUX HUÎTRES d'ERNST LUBITSCH (1919_ALLEMAGNE_60 MIN.) accompagné par l'Atelier des sons.

Toutes les infos sur le programme là : (tu cliques et ça s'agrandit !)




dimanche 12 octobre 2014

Documentaire sur "Fabrique ton spectacle"

En 13 jours, malgré la pluie et le vent, les jeunes habitants ont relevé le défi de créer un spectacle de A à Z à partir de matériaux de récupération. En plus de leur talent pour la mise en scène et le jeu d'acteur, ils ont brillamment créé les costumes, le décor et les instruments de musique de la pièce.

Une représentation publique a eu lieu, dans la cour de la résidence le 17 aout 2014.

Ce film est un essai documentaire autour de la genèse de ce spectacle inspiré de La sorcière du placard aux balais tiré des Contes de la rue Broca de Pierre Gripari... 


La fresque tournante du Shakirail, 7ème épisode ...




 
Fresque réalisée par @ Touch ALpha
alpharium.fr

mardi 7 octobre 2014

Projection : DONKO de Kassim Sanogo

Mardi 14 octobre
Ouverture des portes à 19h30 - Projection à 20h - Prix libre


  Un film de Kassim Sanogo - 2013 - France / Mali - 52 minutes


L'Afrique noire a longtemps été ignorée dans l'éventail des arts du monde. Et jusqu'aujourd'hui, les clichés qui prétendent que l'Afrique noire n'a pas d'histoire artistique demeurent dans les mentalités des peuples dits "civilisés".
Pourtant, nous avons bien de choses à montrer au monde en partant des sculptures séculaires, des signes et représentations graphiques gravées dans les roches depuis des siècles au Mali et ailleurs.
Dans les années 90, une nouvelles génération de créateurs africains en prennent conscience et décide de revaloriser le patrimoine culturel africain : c'est la naissance du Roots arts…
Il s'agit d'une plongée en musique et en images, en utilisant l'héritage de nos ancêtres dans un art adapté à notre nouveau mode de vie, moderne et urbain
A travers la vie d'artiste de Drissa Konaté, un peintre malien autodidacte, j'emmène le spectateur au cœur de la création artistique malienne de mon époque : l'Afrique ne pleure plus, elle parle et plus que ça, elle veut marquer son temps.

Journée d'étude de la revue Marges, samedi 11 octobre

"Le squat d'artistes comme manifeste social et artistique".

"Le squat d'artistes comme manifeste social et artistique" proposition de contribution de Vincent Prieur (plasticien, membre fondateur du collectif Curry Vavart) à une journée d'étude organisée par la revue d'art contemporain Marges.


Ce samedi 11 octobre à 12H, à l'INHA, 2 rue Vivienne, Paris Métro Bourse/Pyramide, au plaisir d'y échanger avec vous ! Projet de contribution réalisé avec Elodie Lombarde. 


vendredi 26 septembre 2014

Jeudi 9 octobre à 20h30 : Projections

Les périphériques vous parlent, en partenariat avec le collectif Curry Vavart, vous convient à la soirée :

L’art… d’en sortir…
 
… du refus de l’étranger, de la phallocratie tentaculaire et de la fétichisation de l’art.
 
Une projection de films inédits de Marc’O et des Périphériques vous parlent,
suivie d’échanges avec les auteurs.


Le jeudi 9 octobre à 20h30.
Ouverture des portes à 20h - Projections à 20h30 - Prix libre et buvette biodynamique.
  
- Citoyens en France (2013 – 68’) de Marc’O
Ce film de Marc’O, chercheur et metteur en scène, figure majeure des avant-gardes depuis 60 ans, retrace le travail théâtral et musical développé avec l’équipe des Périphériques vous parlent et l’ensemble théâtral et musical Génération Chaos entre 1996 et 1998 à l’occasion de la création d’une pièce intitulée Citoyens en France. Le film montre les répétitions qui ont présidé à sa réalisation, les techniques du jeu avec les acteurs, l’interaction du texte et des corps avec la musique, les recherches sur l’instabilité au plan artistique (l’équilibre dans le déséquilibre)... Etrangement prémonitoire, cette œuvre nous parle d’une France riche de toute ses composantes et de ses diversités contre l’idée d’une France française, encagée dans ses certitudes, cramponnée à une identité donnée une fois pour toute, avec ses relents xénophobes. Avec Naïm Amor, Thomas Belhom, Bës, Cécile Amor, Jean-Charles François, Yovan Gilles, Marc’O, Jérémie Prophet, Kathryn Ruchay, Piersy Ross, Raphaël Cendo et Samira Sissani.



- Veneris dies (2008 - 16’) de Federica Bertelli

Les dessins de Marc’O font écho à un extrait, lu par l’auteur, de l’une de ses dernières pièces : un propos, à la fois cru et poétique, qui offre une vision sarcastique et lucide du pouvoir sexué et de la « damnation » de la femme par la religion. Texte et dessins de Marc’O

- Enivrez-vous ! (6’)
Un film-poème baudelairien collectif

Remerciements à Derek Woolfenden
Réservation conseillée à chaos@lesperipheriques.org ou 01 40 05 05 67


mardi 23 septembre 2014

Conférence Vendredi 3 octobre 2014 à 20h

 
crédit flyer : dessin de  Maëster

Comment la France peut légaliser le Cannabis ?

une conférence de Farid Ghehiouèche
(Animateur du collectif Cannabis sans frontières)

 Vendredi 3 octobre 2014 à 20h

Outre atlantique, on observe que l'Uruguay est le premier Etat du monde à légaliser le cannabis et qu'aux Etats Unis, pays berceau de la prohibition, plus du tiers des Etats ont légiféré pour permettre un accès au cannabis médicinal, rendant inepte la classification du cannabis aux tableaux I et IV des stupéfiants de l'ONU. En Europe aussi le débat avance, mais en France, la situation semble bloquée. Pourtant, le pays des Lumières peut prendre rapidement -"impossible n'est pas Français"- le chemin d'une forme de régulation innovante, avec quelques mesures politiques simples mais audacieuses dont cette conférence esquissera le contour.