mercredi 30 avril 2014

Curry Vavart hors les murs, au Fort de Condé


A l'occasion du Centenaire de la Première Guerre mondiale, le collectif Curry Vavart organise une exposition collective et une journée-événement au Fort de Condé, dans l'Aisne.

Plasticiens, comédiens et cinéastes questionneront dans des œuvres singulières les processus de commémoration et de mémoire collective de ce passé historique.

 
EXPOSITION du 12 au 31 mai
JOURNEE - EVENEMENT le samedi 17 mai

A partir de 14h :
- Animations théâtrales, lectures de textes de Poilus
- Atelier artisanal d'objets d'art, à la façon de l'art des tranchées
- Reconstitutions historiques, par l'Association Éperon 132

A partir de 19h : Vernissage de l'exposition
A 21h30 : Projection du court-métrage Le Dormeur d'Hadrien Touret
et de son making of, réalisé par Leïla Morouche.

Au Fort de Condé, 02880 Chivres-Val
Entrée au tarifs habituels du Fort : 5 € – tarif réduit 3€

Pour y aller (1h30 depuis Paris) :
- Par ses propres moyens : suivre la N2 jusqu'à Soissons, et chercher un peu

- En co-voiturant (pour le samedi 17 mai uniquement) -> envoyez-nous un mail, nous avons quelques places disponibles (départ en début d'après-midi du Shakirail, 72 Rue Riquet 75018, retour après les projections) à contact@curry-vavart.com
 

KinoClub #38


Dimanche 11 mai
KinoClub #38

(ouverture des portes à 19h30 - Prix libre)

Au programme :

- THE FURIES _ SLAVKO VORKAPICH_1934_ÉTATS-UNIS_3 MIN.
Il s’agit d’un extrait du film Crime without passion de Ben Hecht et Charles MacArthur qu’a réalisé et monté Slavko Vorkapich. Cet artiste expérimental d’origine serbe est très mal connu en France. Affilié souvent aux effets spéciaux d’un film, il réalisa pourtant des séquences anthologiques du cinéma hollywoodien qui demeurent étonnantes, encore aujourd’hui. Vorkapich (1894-1976) intégra à Hollywood un montage expérimental, notamment à l’intérieur de certains films de Frank Capra (M. Smith au Sénat, L’Homme de la rue), Woody Van Dyke (Manhattan Melodrama, San Francisco) ou encore George Cukor (David Copperfield).

- LE PORT DE L’ANGOISSE (TO HAVE AND HAVE NOT)
HOWARD HAWKS_1944_ÉTATS-UNIS_EXTRAIT_2 MIN
Une scène jubilatoire grâce au génial acteur abonné aux seconds rôles patibulaires, Walter Brennan (1894-1974). Il contribua discrètement et fortement, avec sa carrière inégalable, à l’âge d’or hollywoodien.

- MARGUERITE_MURIEL LEFEBVRE/DEREK WOOLFENDEN_2014_FRANCE_5 MIN.
Il s’agit d’un clip pour le groupe français La Villageoise tourné intégralement au Shakirail ! Marguerite narre l’errance d’une alcoolique qui échoue dans un vieux bistrot dont les poivrots autour d’elle pourraient être les fantômes de sa vie passée, notamment la chanteuse sur scène qui semble (trop bien) conter son histoire…

- SQUARCIO (LA GRANDE STRADA AZZURRA)
GILLO PONTECORVO_1957_ITALIE_EXTRAIT_5 MIN.
Premier film du futur réalisateur de Kapo et de Queimada, Squarcio marque aussi la première collaboration entre Gillo Pontecorvo et le scénariste Franco Solinas d’après le roman de ce dernier (Un dénommé Squarcio). Comme pour Le Disque rouge de Pietro Germi (1956), il s’agit d’un film sous influence néo-réaliste mais traité de manière « opératique » et bouleversante…

- LES TUEURS _ ANDREÏ TARKOVSKI_1956_URSS_19 MIN.
Premier court-métrage d’études d’Andreï Tarkovski adapté de la nouvelle Les Tueurs de Ernest Hemingway. Les Tueurs fut également adapté pour l’écran par Robert Siodmak en 1946 et Don Siegel (A Bout Portant) en 1964.

- BANDE ANNONCE DU PORT DE L’ANGOISSE _1944_ÉTATS-UNIS_3 MIN.
La bande-annonce, très conventionnelle, du film de Howard Hawks permettra au spectateur d’entrevoir les lignes de conduite divergentes mais complémentaires entre les deux adaptations hollywoodiennes du roman En avoir ou pas d’Hemingway que sont Le Port de l’angoisse (Jules Furthman et William Faulkner au scénario) et Trafic en haute mer de Michael Curtiz.

- TRAFIC EN HAUTE MER (THE BREAKING POINT)
MICHAEL CURTIZ_1950_ÉTATS-UNIS_97 MIN.
« Pourtant les navires eux-mêmes sont de fer et n’ont point de pitié
Alors que les hommes ont un coeur et des flancs que la peine a rouillés. »

(Malcolm Lowry, Pour l’amour de mourir, « Villes de fer »).

The Breaking Point est une perle rare des studios Warner à dépoussiérer de toute urgence. Deuxième adaptation du roman En avoir ou pas d’Ernest Hemingway après Le Port de l’angoisse de Hawks (sorti en 1944), le film de Michael Curtiz n’a rien à envier à son prédécesseur ... (la suite sur le livret, là en dessous. Tu cliques et ça s'ouvre en grand !)

Le songe du réverbère

Vendredi 9 et samedi 10 mai à 20h30
Le songe du réverbère

par le Collectif du K

(Ouverture des portes 19h30 - Prix libre)
 


Les ouvriers montent un réverbère au début du spectacle, le démontent à la fin. Il sera la seule lumière d'espoir.
On peut discerner au lointain la sphère quotidienne dans les fenêtres d'une maison.
Nous voyons les hautes sphères de la finance et de la politique où se joue l’absurde système de notre siècle. 
Et en résistance, une enfant rêve dans l’ombre de sa chambre. Elle rencontre la mort, les âmes et les esprits des mondes intérieurs. Elle découvre le théâtre et les parents masqués. Et le réverbère à sa fenêtre devient son confident.

Un théâtre de troupe et de recherche où 12 comédiens s'activent pour nous dire le monde par quelques images simples.


Texte et mise en scène : Simon Falguières
Avec : les comédiens de la troupe du K
Création sonore : Valentin Portron / Cédric Carboni
Création lumières : Léandre Gans

RESERVATIONS INDISPENSABLES :  collectifduk@gmail.com

Portes Ouvertes La Chapelle


Samedi 3 et Dimanche 4 mai
Portes Ouvertes La Chapelle 6ème édition
 

L'occasion de découvrir ou redécouvrir l'ensemble des ateliers d'artistes et jardins autogérés du quartier La Chapelle. Au programme balade urbaine et pique-nique !

Samedi 3 mai :
Balade urbaine exploratoire : visite du quartier La Chapelle / Goutte d'Or
animé par Jacky de Balades aux Jardins (parcours indicatif)

- départ 14h30 Square Louise de Marillac, métro la Chapelle
- visites des jardins Bashung et Goutte Verte
- retour à la chapelle par le Bois Dormoy avec animations
- puis stop au Théâtre de Verre pour présentation de la programmation du week-end,
- passage par ECObox
- suivi d'un thé à l'Arrière Cour
- retour par le Shakirail , apéro
- traversée du square Rosa Luxembourg et du jardin partagé Comme un Jardin / Vergers Urbains
- pour arriver au repas et fête de quartier Place Philippe de Girard.

En parallèle : Fête de quartier, de 14h à 23h,à l'angle Philippe de Girard /Pajol, en lien avec le Festival Agriculture Urbaine

Dimanche 4 mai :
Pique-nique et après midi champêtre au Bois Dormoy
RDV 12H, Cité La Chapelle, Paris 18ème.

dimanche 20 avril 2014

WUDANG QI GONG

Le mercredi matin dans la petite salle du Shakirail, Sébastien propose des cours de WUDANG QI GONG. 
Les cours ont lieu de 8h30 à 10h.

Mais qu'est-ce que le WUDANG QI GONG ? 

Le secret des 5 éléments (5 animaux) est une méthode traditionnelle.
Elle est constituée de 5 séries de mouvements: la tortue (reins), la grue (cœur), le serpent (poumons), le tigre (rate-estomac) et le dragon (foie-vésicule biliaire).

Ces mouvements sont donc reliés aux 5 organes du corps humain et nous permet d'envisager un travail qui
- renforce les tendons, les muscles et les articulations
- nourrit l’énergie vitale et développe une sensibilité subtile et une perception différente de l’énergie 
- approfondit la connaissance et la relation entre le Qi Gong, Tai Ji Quan et Arts martiaux internes. 
Les mouvements sont vivants, puissants et comprennent beaucoup de travail interne.

Nous aborderons la notion de déplacement dans l’espace, les changements de direction, les mouvements en spirale, les transferts de poids (Yin Yang), la liaison du haut et du bas...

Chaque animal constitue une série de 9 mouvements.

Alliant l’enracinement, la fluidité, la libération de bassin, la respiration, la communication de l’énergie dans l’unité du corps.

Le travail de Tai Chi Quan introduit le déplacement du vide au plein dans la stabilité, la maîtrise de la mobilité du bassin qui coordonne les mouvements de haut et de bas, ainsi que l'unité du corps.

Le travail des Arts Martiaux Internes utilise les mouvements libres et en spirales dirigés par la taille et apportent une conscience de l'intégralité du corps énergétique dans la posture statique-dynamique liant corps et esprit dans une seule manifestation. 


Le Qi Gong est aussi vieux que la Chine. Cette gymnastique millénaire a traversé le temps et les révolutions, fleurissant en centaines d'écoles, pour fournir au peuple chinois la moins coûteuse et la plus saine des médecines préventives. Rappelons qu'à l'heure actuelle, l'espérance de vie en Chine est identique à celle de la France, malgré des coûts de santé quarante fois inférieurs en dépit de conditions de vie infiniment plus rudes. La pratique du Qi Gong comme "sport national" n'y est sans doute pas étrangère : il n'est que d'observer tous ces vieillards alertes, pratiquant été comme hivers leurs exercices dans les parcs au petit matin, pour ce convaincre de l'apport décisif de cette discipline dans la santé et la longévité.

En tant que gymnastique de santé, le Qi Gong est un véritable "trésor national" que le gouvernement chinois a toujours encouragé, tout comme il a encouragé le maintien de la médecine traditionnelle chinoise, se contentant d'en édulcorer les lointaines origines impériales. Rappelons tout d'abord que le Qi Gong n'est pas une simple gymnastique. Il touche aux différents niveaux de l'être humain (physique, énergétique, psychique), et exerce une influence naturelle sur le comportement et la spiritualité de l'individu.
 

Tarif : 15 euros pour 1h30/2h
Contact - Sébastien : 06 10 13 41 08

jeudi 17 avril 2014

Restons Calmes, samedi 26 avril

Samedi 26 avril c'est Restons Calmes ...

Probablement le dernier, donc sans doute le plus beau !


Nous cloturerons le cycle sur l'économie en regardant l'episode 2 de "Noire finance" (documentaire ludique et bien foutu sur la crise financière de 2008) ensuite soupe et guinche comme à l'habitude.

Venez nombreux, parlez en autour de vous parce que cette fois-ci nous ne ferons pas d'affiche non plus...

Coups de mains bienvenus vendredi 25 de 14h à 18h30 et Samedi 26 à partir de 15h ! Envoyez vos dispo à restonsbiencalmes@gmail.com

Ouverture des portes : entre 18h et 18h45 (après c'est fermé pour de vrai).
Entrée et repas : prix libre
Livres, stickers et choses à boire : prix fixe

Sortie de résidence de la Débordante Compagnie

Le vendredi 25 avril à 18h30, la Débordante compagnie présente au Shakirail une première étape de travail du spectacle Rassemblement - dans la continuité de Dispersion, présenté plusieurs fois l'an dernier.


Rassemblement 

  RASSEMBLEMENT

Projet de spectacle chorégraphique pour un quartier en quatre parcours et cinq rencontres. Danse en espace public. Par Héloïse Desfarges.

Que font ceux qui n’ont plus rien à perdre quand ils se retrouvent tous au même endroit, au même moment ?
C’est l’histoire d’une errance, où l’on suit et observe des corps en creux, des corps non spectaculaires, silencieux, qui s’accrochent aux débris urbains de la société.
Ils dérivent dans un quartier, ils sont en fuite, ils divaguent, se perdent, rebondissent, s’appuient l’un contre l’autre sans vraiment être ensemble. Ils survivent.
C’est une autre histoire chaotique qui commence, quand, au hasard de la dérive, la rencontre s’opère. Ces êtres égarés vont se rassembler sur une place. Là, ils investissent l’espace, ils le mangent, se le disputent, sans jamais plus se détacher les uns des autres,
parce que maintenant, il va falloir se serrer les coudes.

vendredi 11 avril 2014

KinoClub #37 - Dimanche 20 avril

Pour cette 37ème édition, consacrée encore une fois au fantastique, c'est Patrick Fuchs qui s'est collé à la programmation. Et il nous a ramené rien moins que le graal du cinéma fantastique, un filme culte, introuvable depuis sa sortie en salle en 1977 :
 Full Circle de Richard Loncraine,
adapté du Julia de Peter Straub.


Dimanche 20 avril à 20h - ouverture des portes à 19h30 - Prix libre.

AU PROGRAMME :

- DU SILENCE ET DES OMBRES (Peintures de Wilfried Histi)
« Mon travail se situe à mi-chemin entre la photographie et la peinture. La photographie comme support de base de mes images est un point de repères d’une certaine réalité, le témoignage d’un instant, d’une représentation. Ce qu’elle montre est amené à être modifié par l’intervention de la peinture pour obtenir une image hybride dont la perception, la lecture est altérée, déplacée. La peinture agit comme un révélateur et vient mettre en lumière ce qui se trouve au delà du support photographique. » (Wilfried Histi). Illustration sonore : Coil, Current 93, Prizzy Land.

- OFF SEASON_ JONATHAN VAN TULLEKEN _ 2009_13 MIN._ÉTATS-UNIS
Un homme, un chien, une maison vide… c’est la saison morte. Un minimalisme à faire froid dans le dos. Nominé au BAFTA du meilleur court métrage.

- LIVING DOLL_ RICHARD C. SARAFIAN _1963_ THE TWILIGHT ZONE_SAISON 4_26 MIN._ ÉTATS-UNIS
“My name is Talking Tina and I love you.” Une petite fille se voit offrir une « poupée qui parle ». Son beau-père la prend instantanément en grippe. A tort ? Un des épisodes les plus mémorables de La Quatrième Dimension, avec Telly Savalas (Kojak).

- THE FACTS IN THE CASE OF MISTER HOLLOW
RODRIGO GUDINO, VINCENT MARCONE_2008_ ANIMATION _6 MIN._CANADA
Une photo cache d’inquiétants secrets. Un film d’image(s) dans la tradition des nouvelles de M.R. James (The Mezzotint). Nominé aux Genie Awards, Grand Prix aux festivals de Puchon et Sitges.

- SCARY MARY_ CHRIS RULE_2006_1 MIN._ ÉTATS-UNIS
Un classique de Walt Disney revisité le temps d’une bande-annonce.

- LA CHUTE DE LA MAISON USHER (EXTRAIT)_JEAN EPSTEIN_1928_4 MIN. _FRANCE
Un peintre hanté par son modèle. Mariant deux nouvelles d’Edgar Allan Poe (Le Portrait Ovale et La Chute de la Maison Usher) Epstein signe l’une de ses premières et plus belles adaptations.

- FULL CIRCLE (LE CERCLE INFERNAL / THE HAUNTING OF JULIA)
RICHARD LONCRAINE_1976_97 MIN._ CANADA/GRANDE-BRETAGNE

Un film culte en version restaurée, une exclusivité Curry Vavart !

Introuvable depuis sa sortie salles en 1977 sinon dans des versions tronquées et
visuellement catastrophiques, Full Circle (Le Cercle Infernal, également connu sous son titre américain The Haunting of Julia) est une de ces oeuvres qu’on peut qualifier de culte et de maudite. Peu connu et pourtant d’une influence marquante, envoûtant jusqu’à la dernière image d’un générique final inoubliable, le film de Richard Loncraine est une vraie perle rare du cinéma fantastique.
La vie de Julia (Mia Farrow) bascule le jour où elle provoque accidentellement la mort de sa fille. Elle s’installe seule dans une grande maison Londonienne où tout semble lui rappeler le drame qu’elle vient de vivre, jusqu’à cette petite fille blonde qu’elle croit apercevoir au loin…
(la suite sur le livret, là en dessous ... Tu cliques et ça s'ouvre en grand. Et si c'est pas assez grand : clic droit, afficher l'image, une petite loupe apparait et tu peux zoomer dedans. )